Edito Juillet - Août

Lors de son Congrès national organisé à Marseille du 27 au 30 juin 2019, la Ligue de l’enseignement a adopté sa résolution finale intitulée « Faire République ».

En 2010 déjà, la Ligue soulignait des enjeux qui gardent toute leur actualité : comment, dans une société française travaillée par de nombreuses fractures, construire un contrat civique et social afin que notre pays « retrouve sa cohésion » et fasse en sorte que « chacun y trouve sa place » ?

En 2010 déjà, la Ligue dévoilait les leviers indispensables à la promotion d’une société respectueuse de sa diversité, plus juste et plus solidaire, « avec une économie recentrée sur la satisfaction des besoins humains », et une visée émancipatrice s’appuyant sur l’école de la République et la formation tout au long de la vie.

Recomposer l’action publique, soutenir le développement de nouvelles pratiques démocratiques, repenser la solidarité dans une « société des individus », développer une politique de la reconnaissance de l’égalité réelle entre les individus, tels étaient ces piliers sur lesquels notre mouvement appelait à agir.

Le Congrès de Marseille est venu conforter cette ambition, en proclamant qu’une République en action ne peut se dispenser d’un engagement puissant en faveur de l’éducation pour toutes et tous, de la laïcité et de l’idéal démocratique.

A l’échelle de son territoire, La Ligue de l’enseignement des Landes agit pour donner corps à cet engagement citoyen derrière l’affirmation : « s’associer est une force ». Oui, l’association est le laboratoire vivant des nouvelles pratiques démocratiques, et un acteur central aux côtés de l’Etat et des collectivités locales : il anime la vie locale, il joue un rôle d’intégrateur social, démultiplie les opportunités de créer la rencontre entre les individus et la culture. « S’associer pour faire société » est une ambition cruciale dans un département attaché aussi bien à ses traditions qu’à l’innovation, mais où les contraintes de mobilité demeurent importantes.

Notre Ligue s’emploie donc à valoriser l’engagement associatif dans la rencontre avec les dirigeants et bénévoles, lors des rendez-vous statutaires, et à répondre aux attentes exprimées en terme de formation, d’engagement des jeunes, d’accès aux vacances, aux loisirs et à la culture.

« S’associer pour faire société », c’est aussi ouvrir son cercle de dialogue, sans exclusive, à ce qui fait fraternité, c’est redonner une place essentielle à l’Hospitalité, c’est avoir conscience et faire prendre conscience que les crises migratoire et climatique, d’une urgence inouïe, nous imposent, en responsabilité, d’accompagner une éducation à la solidarité auprès des jeunes générations.

En tant qu’acteur de l’éducation populaire, nous continuerons inlassablement à nous y employer, en nous appuyant sur nos partenaires associatifs et institutionnels.

 

Arlette Tapiau-Dangla Présidente
Olivier Sadoul Délégué Général