">

 

  • Créée en 1866 autour de Jean Macé, journaliste, la Ligue de l’Enseignement revendique alors une instruction publique, obligatoire et laïque afin de garantir la démocratie par l’éducation au suffrage universel. En 1872, la pétition "Pour une instruction gratuite, obligatoire et laïque" recueille 1.3 millions de signatures.

     

  • Le vote des lois scolaires en 1881 et 1882 est l’aboutissement d’un travail sur le terrain de la Ligue de l’Enseignement qui lutte pour l'application de ces lois et défendre l'instruction laïque. Cette dernière développe alors autour de l’école publique des lieux d’éducation populaire et des actions de solidarité : bibliothèques populaires, cantines scolaires, cours du soir, sociétés ouvrières d’instruction,… Ce courant est présent partout en France par des associations locales qui, après la Première guerre mondiale, se rassemblent en fédérations départementales, les fédérations des œuvres laïques (FOL).

     

  • Dans les années 1930, chaque département aura sa FOL. Il en sera ainsi en 1934 dans les Landes. Autour de cette dernière, se créent des unions spécialisées par activités. Certains existent encore : l’UFOLEP pour le sport, l’USEP pour l’éducation physique et sportive à l’école primaire. C’est aussi durant cette période qu’apparaissent les premières colonies de vacances.

 

  • Le gouvernement de Vichy dissout la Ligue et ses fédérations départementales pendant la seconde guerre mondiale en 1942. La Ligue entre alors en clandestinité et se reconstitue en 1943 à Alger. Elle se reconstituera en 1944, les fédérations départementale réapparaîtront à l’issu de ce conflit.

 

Dans l’après guerre, les aspirations démocratiques sont très fortes et la Ligue crée ou favorise des organismes représentatifs autour de l’école :

 

  • la fédération de l’éducation nationale (FEN),

  • le syndicat national des instituteurs (SNI),

  • la fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE),

  • Les Francas,

  • La fédération des foyers ruraux,

 

Remettre debout un pays dévasté par la guerre, la Ligue a largement contribué à cette mission nationale : engagement de l’école auprès des populations meurtries et des territoires dévastés, accueil d’enfants malades ou mutilés dans des centres de moyenne montagne principalement, tout cela a concouru à implanter la Ligue dans le milieu scolaire, à tel point que des instituteurs seront mis à disposition par l’Education Nationale pour mener cette mission.

 

  • En 1959, malgré une forte mobilisation (11 millions de signatures), la Ligue ne peut éviter l'application de la loi Debré qui permet le financement de l'enseignement privé. La culture et le sport sont développés dans des patronages et amicales laïques : ciné-clubs, groupes de théâtre ou de chant choral, bibliothèques, activités sportives, etc. Naît ainsi un secteur socio-culturel, pilier de l’éducation populaire, qui face aux exigences croissantes des usagers et aux missions de service public confiées par les pouvoirs nationaux ou locaux, va amener le secteur à se professionnaliser et à créer une filière à part entière dans l’éducation et l’animation.

 

  • En 1977, les élections locales installent dans les mairies bon nombre d'élus associatifs : grand sera alors le mouvement qui municipalisera les actions menées par les associations.
© 2017 Webdesign & conception Ligue de l’Enseignement des Landes - 122, rue du Général de Lobit - 40000 MONT DE MARSAN - Tel: 05 58 06 31 32 / Fax: 05 58 06 05 81